Comprenez que vous ne pouvez pas comprendre

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Toute la sagesse du monde réside dans ces mots. Il y a une chose que vous devez constamment garder à l’esprit lorsque vous explorez l’univers, lorsque vous apprenez, lorsque vous vivez : vous ne comprenez pas tout.
Cette remarque d’humilité, qui pourrait bien vous rappeler les mots de Socrate : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. », n’est pas gratuite. Ce n’est pas simplement de la modestie pour de la modestie, de l’humilité pour de l’humilité.
S’il y avait une possibilité pour qu’un jour vous puissiez tout comprendre, alors je vous le dirais, au risque de gonfler votre ego et de vous rendre la personne la plus prétentieuse au monde.

Au contraire, cet avertissement se fonde sur des éléments très concrets :
Vous explorez l’univers avec vos yeux. Or vous n’êtes pas sans savoir que les abeilles, les chiens, les chats, ont une vision très différente de celle de l’humain. Vous êtes donc conditionné.
Vous explorez l’univers avec vos oreilles. Or vous n’êtes pas sans savoir que vous entendez des sons tout à fait différents que les autres espèces, qu’un dauphin par exemple. Vous êtes donc conditionné.
Vous explorez l’univers grâce à vos facultés d’intelligence. Or vous n’êtes pas sans savoir que vous n’avez pas la même facilité de compréhension et d’intelligence que d’autres hommes et femmes. Vous êtes donc conditionné.
Ce ne sont que trois exemples, parmi les plus simples et les plus évidents qui détruisent déjà toute chance pour vous de tout savoir.

Comprenez bien que si vous changez n’importe quelle partie de votre cerveau, vous n’êtes plus le même, vous n’avez plus les mêmes pensées, plus la même existence.
En fait, si une partie de votre cerveau, donc c’est très physique et très concret, est défaillante : alors vous pouvez ne plus vous souvenir de vos proches, ne plus vous souvenir de ce vous faites, perdre tout sens de la pudeur et vous déshabiller sur place, avoir des hallucinations.
Il ne s’agit pas ici de nier ce que nous avons commencé par établir : à savoir qu’il y a de la vérité, qu’il y a des faits dont vous pouvez être sûrs à 100%. Mais il s’agit de comprendre que cette vérité est totalement dépendante de votre corps et d’éléments sur lesquels vous n’aviez pas de contrôle. Par conséquent, vous êtes dès votre naissance limités, conditionnés, et n’avez accès qu’à une vérité elle aussi limitée, conditionnée, partielle.

Cela ne veut pas dire non plus qu’un jour l’homme sera ou ne sera pas parfait : peut-être qu’un jour très, très, très lointain, ces perspectives de vérité limitées et en quelque sorte défectueuses permettront de créer un outil plus puissant, qui rendra absolument intelligent, et accès à une vérité exceptionnellement parfaite.

C’est ainsi qu’on a créé la calculette, qu’on a créé l’ordinateur, qu’on a créé l’avion, qui sont des machines beaucoup plus capables que l’homme lorsqu’il s’agit respectivement de compter, informer, et voler. Peut-être qu’un jour l’homme mettra au point une pilule de l’intelligence qui permettra de dépasser la condition humaine.

Vous comprenez bien que c’est une possibilité dont vous n’aurez pas à vous soucier pendant des siècles, et si d’aventure elle se réalisait, vous n’auriez pas d’utilité à lire ces mots.
Aussi humiliant et désespérant que ce soit, gardez toujours cela à l’esprit :

Vous ne comprenez pas tout,
Vous n’avez jamais tout compris,
Vous ne comprendrez pas tout.
Vous êtes dépendants, et tout votre savoir peut vaciller d’une pichenette.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot qetp ?