Vous êtes égoïstes

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Et c’est bien !
La question est : qu’est-ce que vous faites de votre égoïsme ?

Je vais vous donner le secret pour influencer les autres, devenir irrésistible et être aimé de tous. Voici le secret :

Mettez en valeur l’importance de cette personne.


Ne parlez pas de vous, parlez des autres. Ecoutez les autres. Approuvez les autres. Complimentez les autres. Aimez les autres.
Cette formule magique tient à une seule raison : chaque personne, y compris vous, n’a en tête que sa propre importance.

Nous ne voulons pas nier ici les actes d’amour purs et gratuits. Simplement, vous devez absolument comprendre que ce qui motive les êtres humains, naturellement, c’est d’être utiles aux autres, c’est d’être importants.
C’est une motivation dont chacun est plus ou moins conscient.

Ici même, lorsque vous lisez mes mots, et que je vous donne la solution ultime pour « influencer les autres, devenir irrésistible et être aimé de tous », vous êtes intéressés parce que vous… Vous l’avez deviné, parce que vous êtes importants. Parce que vous comptez. Parce que nous sommes égoïstes, vous, les autres, moi.

Et croyez-nous, c’est à l’opposé d’être un reproche : c’est un encouragement. Continuez à affirmer votre importance. Continuez à contribuer au bonheur des autres. Continuez à chercher à plaire.
Comme nous l’avons déjà écrit, la seule question qui vaille, c’est : qu’est-ce que vous faites pour vous sentir importants ?
Est-ce que vous aidez avec un amour infini les enfants des bidonvilles comme Mère Thérèsa ? Est-ce que vous tuez des innocents pour garder le pouvoir comme l’ont fait de nombreux chefs d’État ivres de leur envie de puissance ?
C’est sur cette réponse que les autres vous jugeront.

Les gens sont fondamentalement égoïstes, parce qu’ils sont humains. Parce que l’instinct de survie fait que vous cherchez avant tout votre protection, votre survie. Parce que vous cherchez en permanence votre intérêt.
Même dans les religions qui prônent le sacrifice de soi, il y a l’égoïsme de chercher son salut éternel, d’être admiré des autres, d’être le plus saint, et tant d’autres raisons qu’il ne m’appartient pas de juger.
Même dans le suicide, et l’auto-destruction, il y a l’égoïsme de mettre fin aux souffrances, de faire comprendre aux autres notre détresse, d’enfin trouver la paix, et tant d’autres raisons qu’il ne m’appartient pas de juger.
Ce qui est magnifique, c’est que votre propre intérêt peut être l’intérêt des autres. Vous avez d’ailleurs besoin des autres, et ils ont besoin de vous.

Lorsque vous aidez les autres, ceux-ci vous sont reconnaissants, et cette reconnaissance suffit à vous rendre heureux.
Des études montrent même que celui qui offre un cadeau trouve souvent plus de joie que celui qui le reçoit.
L’expérience montre comment le service, l’aide humanitaire, le sentiment d’être utile aux autres et de les servir, donne un profond sentiment de bien-être.

La nature humaine est spontanément portée au service d’autrui. Par défaut, lorsque quelqu’un vous demande un service, vous êtes heureux de le rendre. La générosité, le don gratuit, l’empathie, sont des mécanismes humains naturels. L’intérêt personnel, le désir d’être important, d’être utile, l’égoïsme sont des mécanismes humains naturels.

Sortez du monde

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Faisons une expérience simple. Au moment précis où vous lisez ces mots, juste maintenant, dans quelle position êtes-vous ? Êtes-vous assis, debout, autrement ? Eh bien, vous allez sortir de vous-même maintenant.
Imaginez simplement que vous n’êtes plus vous-même, mais que vous êtes une autre personne, un peu plus loin devant vous. Dès lors, vous pouvez vous regarder. Cette projection de vous-même peut contempler le vrai vous qui est en train de lire ces phrases.

Arrêtez-vous un instant de lire, et mobilisez vraiment toute votre puissance d’imagination pour rendre le plus réaliste possible cette projection de vous-même. Cette projection de vous-même est le nouveau vous.

Désormais, vous n’êtes plus cette personne qui lit, mais vous êtes totalement ce personnage que vous avez créé un peu plus loin, devant vous. Vous pouvez donc désormais vous regarder, vous contempler de l’extérieur. Quelles sont vos pensées dès lors ? Imaginez que le corps que vous avez quitté est fragile, bref, et qu’il va disparaître. En revanche, votre esprit qui est sorti de vous-même, le nouveau vous, vous êtes encore là et vous pouvez regarder ce qui se passe autour de vous.

Quelles sont vos pensées ? Qu’est-ce que vous pensez du monde autour de vous, qui bouge sans cesse ? Regardez ces espèces de créatures, qui tiennent sur deux membres, et qui s’agitent tout autour de vous. Regardez comment ces espèces de créatures se sont recouvertes de pièces de tissus pour cacher leur corps. C’est très étrange, n’est-ce pas ? Toutes ces créatures semblent affairées, elles semblent aller d’un endroit à un autre de manière déterminée. Pourquoi y a-t-il ainsi des créatures qui vont d’un point à un autre, sans cesse ? Et maintenant vous vous apercevez. Il y a un petit humain, qui est en train de lire. Pourquoi est-ce qu’il lit ? Cet être humain, il a deux jambes, deux bras, et précisément dix doigts qui lui permettent de tenir le livre. Pourquoi dix doigts ? Pourquoi pas onze ? Cet être humain que vous apercevez a l’air assez sérieux, il ne sourit pas. Pourquoi est-ce qu’il ne sourit pas ? Cette créature a une tête, c’est-à-dire un prolongement du corps, qui semble sortir d’entre les épaules, qui ne tient qu’avec un cou. Et cette tête peut bouger et être tournée. En ce moment même, alors que vous vous contemplez de l’extérieur, vous remarquez que vous avez la tête tournée d’un seul côté et que vous ne bougez pas. Vous avez des yeux, et par ces deux yeux, c’est tout un monde de couleurs et de sensations qui s’ouvre à vous. Qu’est-ce que serait votre vie sans ces yeux ? Vous avez des oreilles, et vous entendez des sons. Qu’est-ce que serait votre vie sans ces oreilles ? Certains ne les ont pas, qu’est-ce qu’ils éprouvent ? Vous avez un cœur qui bat, pourquoi est-ce qu’il bat ? Pourquoi est-ce qu’il y a des êtres humains ? Pourquoi est-ce que parmi ces êtres humains il y a vous, qui êtes en train de lire en ce moment. Pourquoi est-ce qu’il y a vous ? Tout ce monde qui s’affaire autour de vous, pourquoi est-ce qu’ils vous ignorent ? Pourquoi est-ce qu’ils ne vous connaissent pas ? Prenez davantage encore de recul, et faites sortir votre esprit non seulement de vous, mais faites le sortir de l’endroit où vous vous trouvez : élevez-vous, haut dans le ciel. Contemplez depuis le ciel ce qui se passe sur Terre : il y a plein de petits points qui bougent dans tous les sens. Il y a plein de couleurs différentes. Pourquoi tous ces points qui bougent ? Pourquoi est-ce que vous vous représentez les choses par des couleurs ? Pourquoi vous représentez-vous les choses par des sons ? Pourquoi est-ce que vous pouvez sentir votre cœur qui bat ? Élevez-vous encore plus haut et sortez de la planète Terre. Sortez même du système solaire, et contemplez tous ces systèmes solaires. Pourquoi y a-t-il des systèmes solaires ? Pourquoi y a-t-il plein d’objets en forme arrondies, et pourquoi ne sont-elles pas toutes de forme carrée ? Pourquoi y a-t-il des planètes ? Pourquoi tout semble se passer et s’inscrire dans le temps, pourquoi les choses bougent, pourquoi le changement ?
C’est avec toutes ces questions que l’expérience se termine et que vous pouvez revenir doucement vers vous-même, épouser de nouveau les formes de votre corps, et replacer votre esprit en vous. Pourquoi aviez-vous cette capacité de projection, et pourquoi pouvez-vous imaginer des choses ?

J’espère que toutes ces questions vous donneront à réfléchir, et qu'aussi souvent que vous le souhaitez, vous repartirez dans des voyages comme celui-ci. Allez dans d’autres endroits, portez votre attention sur d’autres choses, questionnez différemment le monde. La seule chose que vous devez faire : sortez de votre monde et sortez du monde.

Vous êtes extrêmement légers

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Une des conséquences de notre doute sur tout, c’est qu’on n’est même plus sûr si telle action est bonne ou mauvaise. Si aider les gens, c’est faire le bien, ou c’est faire le mal.
En fait, si vous vous arrêtez à cette alternative, à ce balancement binaire entre bien et mal, c’est que vous n’avez pas encore poussé le doute jusqu’au bout. Réfléchissez bien.
Si vous doutiez vraiment de tout, alors vous vous poseriez la question : c’est quoi le bien, c’est quoi le mal, est-ce qu’il existe un bien, est-ce qu’il existe un mal ?
La religion, la société, les parents, les amis, l’école, toutes vos fréquentations, font peser un poids énorme sur vos épaules. Ils ne cessent de vous dire ce qu’il est bien de faire, ce qu’il est mal de faire. Vous pouvez éliminer tout ce poids.
C’est à vous de choisir ce qu’il faut faire. Vous pouvez faire ce que vous voulez !
Sentez ce poids qui pesait sur vos épaules. Toutes ces obligations, tous ces devoirs se détachent de vos épaules, et ils commencent à s’envoler. Vous les voyez s’éloigner dans les airs, se faire plus petit, et devenir aussi légers qu’une plume. Là-bas, au loin, ils commencent à disparaître… ça y est, ils ont disparu. Et vous, vous vous sentez légers désormais. Vous pouvez faire ce que vous voulez, agir comme vous le voulez. Vous êtes libres et légers.
Le monde est tel qu’il est, vous ne le changerez pas. Mais vous êtes dans ce monde, et c’est vous qui choisissez vos valeurs, c’est vous qui déterminez le Bien, c’est vous qui choisissez ce que vous voulez faire. Vous êtes extrêmement légers.

Ce qu’il faut penser de Dieu et la Métaphysique en 5 minutes

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Un chapitre lourd de sens s’il en est, puisqu’il s’agit ici de traiter et de résoudre la question de Dieu et de la Métaphysique en un chapitre.
Accrochez-vous car ces 5 minutes dont vous aurez besoin pour lire ce chapitre vont changer votre vie à jamais.

Ce qu’il faut penser des preuves de l’existence de Dieu et d’autre métaphysique

Historiquement, on a cherché à prouver l’existence de Dieu, grâce à la logique, grâce au raisonnement. En particulier Aristote, Saint Anselme, Saint Thomas d’Aquin, Descartes, Leibniz.


Ces arguments sont notamment et en vrac : 1. qu’il doit y avoir une cause première à tout, qui est Dieu, 2. que l’univers doit nécessairement être la conséquence d’une cause qui est Dieu, 3. que si l’on peut concevoir la perfection, alors il doit exister un être parfait.


Emmanuel Kant a fait volé toutes ces prétentions en éclats dans la Critique de la raison pure.


En vous épargnant tous les termes techniques (du genre « ontologique »), Emmanuel Kant y montre que Dieu est un concept, et demeure un concept. À partir d’un concept, on ne peut pas en déduire que ce concept existe objectivement et réellement. On peut certes imaginer le concept de Dieu, on ne peut jamais prouver ou en déduire que ce concept est réel, que Dieu existe.


Mon conseil pour vous aider à comprendre : remplacez le mot « Dieu » par le mot « Dragon ». Si vous imaginez le concept de « Dragon », cela ne veut pas dire pour autant que ce « Dragon » a une existence objective et réelle.
De même, si vous pouvez concevoir « un être parfait, tel qu’il n’y a rien de plus parfait », vous pouvez également concevoir « un être diabolique, tel qu’il n’y a rien de plus diabolique », ou « un être hideux, tel qu’il n’y a rien de plus hideux ». Cela ne veut pas dire  qu’il existe aucun de ces êtres, cela veut simplement dire qu’on peut l’imaginer. (Encore que ce soit même difficile de les imaginer.)


Il faut bien sûr bâtir notre raisonnement sur la vérité. La vérité certaine et sûre, ce sont vos perceptions.
Dieu et la métaphysique, par définition, relèvent de ce qui dépasse notre monde, ce qui dépasse notre vérité, ce qui dépasse tout. Ces concepts nous dépassent totalement, tant et si bien qu’on ne saurait même pas poser des mots. Vous ne pouvez rien savoir de ce Dieu, de cette métaphysique. Elle vous échappe totalement. Vous ne pouvez même pas affirmer qu’il y a un Dieu, qu’il y a une puissance extraordinaire qui vous dépasse.


D’autant plus que vous êtes limité et conditionné, comme nous l’avons déjà vu plus tôt, et que vous avez conscience que si on modifiait une partie de votre cerveau, cela modifierait toutes vos croyances.


Il faut donc admettre le principe qu’il nous est impossible de prouver l’existence de Dieu, du moins vu l’état de nos capacités intellectuelles d’être humain limité, et jusqu’à maintenant, car une fois de plus rien ne dit qu’un jour il n’y aura pas de phénomène surnaturel qui nous donnera une conscience beaucoup plus élargie.


Encore une fois, partez de ce dont vous pouvez être sûr à 100% ! Vous pouvez être certain de vos perceptions. Vous pouvez être certain de votre imagination. Vous ne pouvez pas être certain que ce concept que vous imaginez existe bel et bien réellement et objectivement. C’est très facile de s’en rendre compte grâce à notre déploiement de vérité.
Perceptions > Perception que je peux imaginer des choses > Perception que je peux imaginer un être parfait.
Vous voyez bien qu’on est bloqués ! On ne peut pas inclure l’être parfait dans notre chaîne de vérité, ce concept est toujours dépendant de nos perceptions et de notre imagination.


C’est donc avec la plus grande pertinence qu’Emmanuel Kant écrit, selon une traduction possible : « j’ai dû abolir le savoir pour y substituer la croyance. »
Car en effet, vous pouvez toujours y croire !

 

Ce qu’il faut penser de la croyance en l’existence de Dieu et d’autre métaphysique

Certes, jusqu’à maintenant on ne peut pas prouver Dieu ni quoi que ce soit de métaphysique vu notre état humain limité. Mais est-ce que j’ai vraiment besoin de preuve ? me demanderez-vous. Est-ce que ce n’est pas justement le principe de croire en Dieu ? On croit en Dieu sans être sûr qu’il existe, parce qu’on a la foi. Même si la raison est impuissante pour prouver Dieu, on peut avoir la foi et croire qu’il existe.


Perceptions > Perceptions que je peux imaginer > Perceptions que je peux imaginer le concept de Dieu > Perception que ce que je peux imaginer peut exister ou ne pas exister > Perception que je peux choisir d’avoir la conviction intime que ceci existe ou n’existe pas > Perceptions que je peux choisir d’avoir la conviction intime que ceci existe > Perceptions que je peux choisir d’avoir la conviction intime que Dieu existe

Et ce déploiement de vérité est tout à fait juste. Vous pouvez choisir de croire en Dieu. Vous pouvez avoir raison ou avoir tort.


Les religions les plus connues se sont d’ailleurs surtout développées grâce à des signes, grâce à des prophètes, grâce à des miracles, grâce à des êtres humains qui proclamaient plus ou moins à haute voix : « je suis un être spécial car j’ai accès à Dieu, et Dieu m’a livré un message. Dieu m’a chargé de vous dire que c’est vrai, il existe. Et comme Dieu existe, voici les commandements que vous devez appliquer. »


Vous pouvez avoir foi en ce témoignage, et dire : oui c’est vrai, il doit dire la vérité, je pense qu’il a vraiment un lien particulier avec Dieu et que Dieu l’a choisi pour se révéler à nous.
Vous pouvez aussi en douter. Et les conséquences sur votre vie sont tellement immenses, elles sont radicales, absolues, extraordinairement importantes.
Mon unique conseil est donc celui-ci :

Quoi que vous décidiez, de croire ou de douter, soyez très prudents.


Acceptez de vous remettre en cause. Réfléchissez, énormément. Car votre choix influencera votre vie de manière exceptionnelle.


Voici quelques raisons qui peuvent vous faire douter :

 

  • Qu’est-ce qui vous fait croire ? Quelles sont les véritables raisons ? La peur de l’enfer ? La peur de la mort ?
  • Vos parents ont-ils la même religion que vous ? Pourquoi ?
  • Si vous étiez nés dans la peau d’un enfant en Chine, quelle serait votre croyance ?
  • Combien de religions différentes ont existé depuis le début de l’humanité ?
  • Comment jugez-vous les religions des êtres humains qui ont vécu il y a plusieurs milliers d’années ? Que pensez-vous des Dieux grecs ? Que pensez-vous des Dieux égyptiens ? Que pensez-vous des croyances des tribus ? Que penseront de vos religions les êtres humains qui vivront dans 3000 ans ?
  • Qu’advient-il des milliards d’êtres humains qui n’ont pas la même croyance ? Sont-ils tous condamnés ?
  • Si vous étiez seuls à décider, s’il n’y avait pas votre famille, s’il n’y avait pas les responsables religieux, s’il n’y avait pas votre pays, auriez-vous un autre comportement ?

Ce ne sont pas les seules questions qui font douter, mais celles que je vous ai présentées m’ont particulièrement touché. Elles tiennent tous en fait à une seule vérité qu’il faut s’avouer : « Je ne suis pas meilleur qu’un autre ».

Depuis le début de l’humanité, des milliards et des milliards d’êtres humains se sont trompés. Ils ont tous vénéré des Dieux, auxquels ils ont consacré leur vie, et pour lesquels ils se sont sacrifiés. L’immense majorité d’entre eux se sont nécessairement trompés puisqu’aucun d’eux ne vénérait le même Dieu ni n’avait les mêmes croyances, ni les mêmes rituels. Je ne suis pas meilleur que ces personnes, et je peux déjà me projeter dans la peau d’un historien dans 3000 ans qui nous regardera avec bizarrerie, tout comme je regarde les rituels et les croyances de certains êtres humains d’il y a 3000 ans avec bizarrerie.


La première raison pour laquelle j’ai telle ou telle croyance, c’est parce que je suis né dans cet environnement à tel endroit à tel moment ! Je peux tout à fait me projeter et me demander : si j’étais né dans cet autre environnement à cet autre endroit à cet autre moment. Et je ne peux que reconnaître avec beaucoup d’humilité qu’il est impossible que j’aurais eu la même croyance que celle que j’ai actuellement.

Comprenez que vous ne pouvez pas comprendre

Rédigé par Charisme - - Aucun commentaire

Toute la sagesse du monde réside dans ces mots. Il y a une chose que vous devez constamment garder à l’esprit lorsque vous explorez l’univers, lorsque vous apprenez, lorsque vous vivez : vous ne comprenez pas tout.
Cette remarque d’humilité, qui pourrait bien vous rappeler les mots de Socrate : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. », n’est pas gratuite. Ce n’est pas simplement de la modestie pour de la modestie, de l’humilité pour de l’humilité.
S’il y avait une possibilité pour qu’un jour vous puissiez tout comprendre, alors je vous le dirais, au risque de gonfler votre ego et de vous rendre la personne la plus prétentieuse au monde.

Au contraire, cet avertissement se fonde sur des éléments très concrets :
Vous explorez l’univers avec vos yeux. Or vous n’êtes pas sans savoir que les abeilles, les chiens, les chats, ont une vision très différente de celle de l’humain. Vous êtes donc conditionné.
Vous explorez l’univers avec vos oreilles. Or vous n’êtes pas sans savoir que vous entendez des sons tout à fait différents que les autres espèces, qu’un dauphin par exemple. Vous êtes donc conditionné.
Vous explorez l’univers grâce à vos facultés d’intelligence. Or vous n’êtes pas sans savoir que vous n’avez pas la même facilité de compréhension et d’intelligence que d’autres hommes et femmes. Vous êtes donc conditionné.
Ce ne sont que trois exemples, parmi les plus simples et les plus évidents qui détruisent déjà toute chance pour vous de tout savoir.

Comprenez bien que si vous changez n’importe quelle partie de votre cerveau, vous n’êtes plus le même, vous n’avez plus les mêmes pensées, plus la même existence.
En fait, si une partie de votre cerveau, donc c’est très physique et très concret, est défaillante : alors vous pouvez ne plus vous souvenir de vos proches, ne plus vous souvenir de ce vous faites, perdre tout sens de la pudeur et vous déshabiller sur place, avoir des hallucinations.
Il ne s’agit pas ici de nier ce que nous avons commencé par établir : à savoir qu’il y a de la vérité, qu’il y a des faits dont vous pouvez être sûrs à 100%. Mais il s’agit de comprendre que cette vérité est totalement dépendante de votre corps et d’éléments sur lesquels vous n’aviez pas de contrôle. Par conséquent, vous êtes dès votre naissance limités, conditionnés, et n’avez accès qu’à une vérité elle aussi limitée, conditionnée, partielle.

Cela ne veut pas dire non plus qu’un jour l’homme sera ou ne sera pas parfait : peut-être qu’un jour très, très, très lointain, ces perspectives de vérité limitées et en quelque sorte défectueuses permettront de créer un outil plus puissant, qui rendra absolument intelligent, et accès à une vérité exceptionnellement parfaite.

C’est ainsi qu’on a créé la calculette, qu’on a créé l’ordinateur, qu’on a créé l’avion, qui sont des machines beaucoup plus capables que l’homme lorsqu’il s’agit respectivement de compter, informer, et voler. Peut-être qu’un jour l’homme mettra au point une pilule de l’intelligence qui permettra de dépasser la condition humaine.

Vous comprenez bien que c’est une possibilité dont vous n’aurez pas à vous soucier pendant des siècles, et si d’aventure elle se réalisait, vous n’auriez pas d’utilité à lire ces mots.
Aussi humiliant et désespérant que ce soit, gardez toujours cela à l’esprit :

Vous ne comprenez pas tout,
Vous n’avez jamais tout compris,
Vous ne comprendrez pas tout.
Vous êtes dépendants, et tout votre savoir peut vaciller d’une pichenette.

Fil RSS des articles de cette catégorie